Play list pour Siné mensuel

De lutte, de résistance ou révolutionnaires elles portent le chagrin des combats perdus et des vies envolées, mais aussi l’espoir et l’enthousiasme. Il en manque plein, puisqu’il fallait choisir…

1 - La Cucaracha

Folklo aujourd’hui, elle enflamma la Révolution mexicaine (1910). Les partisans de Pancho Villa y raillent ceux de Carranza :

« La cucaracha, la cucaracha,

Ya no puede caminar,

Porque no tiene, porque le falta,

Marijuana que fumar ! ».

Le cafard, (l’armée adverse), ne peut plus avancer parce qu’il manque de marie-jeanne à fumer.

2- ¡Ay Carmela! (¡Rumbalabum, balabum, bambà!)

3 - El quinto regimiento

4 - Los cuatro generales

Trois chansons folk, revues par la guerre d’Espagne (1936-39), quand on chantait sous les bombes et qu’on narguait les fachos. On a payé cher de pouvoir les chanter pour toujours. Je n’ai pas retrouvé la version de « Los cuatro generales » dont je me souviens. A la place, je vous ai mis le poème originel de Lorca, ça le fait aussi, et les illustrations sont carpétobétoniques en diable, alors que peintes par un British… Comme quoi… .

5 - Cancion del Frente Unido

Écrite par Brecht, chantée et enregistrée par le ténor allemand Ernst Busch et la Brigade Internationale Thaelmann en juin 1938. Le couplet français avec accent allemand est impayable et magnifique. La mondialisation s’appelait alors internationalisme et c’était beau.

6 - Bella ciao par Thomas Fersen.

Italie, résistance anti fasciste. Entraînante et triste, joyeuse et désespérée. Un must.

7 -If you miss me at the back of the bus par Pete Seeger

Années 60, USA, les Noirs se battaient pour leurs droits : ils voulaient prendre le bus, aller à la piscine, voter… Ils se prenaient pour des êtres humains, ou quoi ? Des vraies gonzesses !

8 - La pègre par Dominique Grange,

« La pègre, on en est,

La chienlit aussi,

Des éléments parfait’ment incontrôlés…»

France, mai 68. Coucou nous revoilou ! Si seulement !

 

9 - L’Internationale de Jean-Baptiste Clément.

L’éternelle. Commune de Paris, 1871. Que cette chanson soit française me rend hyper fière de l’être moi aussi.

« Si les corbeaux, les vautours,

Un de ces matins disparaissent

Le soleil brillera toujours… »

Qu’on se le dise ! Pour le fun, écouter la version de chanson + bifluorée et celle, en français, de Pete Seeger, accent inénarrable !

10 - Gracias a la vida de Violeta Parra. Chili.

Je vous ai choisi la version live de Mercedes Sosa. Si l’ovation finale ne vous met pas les poils des avant-bras au garde-à-vous, réécoutez tout depuis le début!

Chantée par son auteure Violeta Parra, ou Mercedes Sosa, ou Joan Baez, ces paroles de femme célèbrent la seule religion sensée : le culte à la vie qui nous donne les couleurs, la musique, des yeux, des oreilles, un cœur et des hommes à aimer. Pas une chanson de lutte ? Ben si, justement. Parce que la lutte, sans ce que dit cette chanson, c’est pas la peine.

iA!

 

 

 

8 réflexions au sujet de « Play list pour Siné mensuel »

  1. Bonjour Isabelle
    Petite erreur de lien? 7 – If you miss me at the back of the bus par Pete Seeger ouvre de nouveau 6 – Bella ciao par Thomas Fersen
    Au moins un qui suit.

  2. Waou !! Merci Isabelle, pour cette si belle liste !!! En plus, ça tombe bien, c’est dimanche. On va donc pouvoir essayer de trouver le temps de tout écouter !

    J’ai déjà commencé par la Grande Mercedes Sosa. Impossible de retenir mes larmes… Et je trouve que la version vidéo est encore plus émouvante que celle avec le diaporama. On peut y voir le beau visage expressif de Mercedes. Je mets le lien pour ceux que ça intéresse : http://www.youtube.com/watch? v=WyOJ-A5iv5I&feature=related
    A regarder également, pour ceux qui aiment Mercedes Sosa, la vidéo de « Todo cambia », poème sur l’exil, du poète chilien Julio Numhauser (fondateur du groupe Quilapayùn):
    http://www.youtube.com/watch?v=6Wx2T__rqI8&feature=related (J’adore ses petits pas de danse à la fin de la vidéo !)
    Personnellement, j’ai redécouvert ce morceau dans une scène du film « Habemus Papam ».
    Je retourne à votre play list, merci encore !

  3. N’oublie pas à la même époque ou peu s’en faut, Louise Michel, magnifique figure du féminisme où l’époque ne donnait qu’une seule alternative à la femme cocote ou mère.

  4. Malgré tout le respect que je porte à Jean-Baptiste Clément, je n’irai pas jusqu’à lui attribuer « L’Internationale » d’Eugène Pottier. Au passage, je déplore qu’il y ait si peu de versions intégrales. Certes, le couplet 5 ci-dessous peut ne pas faire plaisir à une gauche autoritaire, mais réjouit encore les anarchistes.

    Les Rois nous saoulaient de fumées,
    Paix entre nous, guerre aux tyrans !
    Appliquons la grève aux armées,
    Crosse en l’air et rompons les rangs !
    S’ils s’obstinent, ces cannibales,
    À faire de nous des héros,
    Ils sauront bientôt que nos balles
    Sont pour nos propres généraux.

  5. Quelles belles chansons… toutes ! Le groupe Zebda a consacré tout un album de chants de lutte et c’est avec eux que j’ai découvert la cucaracha, bella ciao, ay carmela… Quel plaisir de les reécouter dans d’autres versions. Je suis aussi trés fan de gracias a la vida depuis mon enfance (élevée à Joan Baez !) Il y a une trés belle version d’une chanteuse moins connue qui s’appelle Adriana Mezzadri, elle a une voix pure comme du cristal. (Pour qui ça interresse : http://www.youtube.com/watch?v=zyMmcWPp7bI&feature=related)
    Depuis les cdg (il y a 10 ans), je me faisais pleins, pleins de compils féministes… merci de me donner l’idée de m’en faire une avec des chants de lutte plus larges ! Sororalement,
    ShIlOuNe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux × 7 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>