Créatifs les confinés!

thSeptième semaine. On n’arrive même plus à se rappeler tout à fait comment c’était, avant…

Il y a quelques semaines, je me souviens avoir évoqué à quel point prendre l’avion avant 2001 était simple et joyeux. Pas de sécurité, pas d’ordi à sortir, de ceinture et chaussures à enlever, de trousse de toilette réduite à une pochette transparente, pas de remballage-rhabillage précipité, on passait direct au contrôle billet-passeport et on embarquait… Quand on dit ça à la génération née juste avant ou après le 11 septembre, ils font la tête des gens à qui on parle de tickets de rationnement ou de radio à galène… Prendre l’avion est devenu une corvée et les aéroports qui faisaient rêver jouent les centres commerciaux.

th-1On n’est même plus sure que les lignes aériennes reprennent du service. Pas plus que le métro bondé,  les restaus à tables minuscules, à touche-touche, ou la tournée de bises, trois, non deux, non chez moi c’est quatre.

Ça sera comment, après, si avant apparait déjà comme une abstraction?

Le déconfinement, on sent que ça ne va pas être facile.  Le civisme, même sur une question de vie ou de mort, n’est pas notre spécialité première….

Mi-avril, à, St Nicolas du Chardonnet, une messe est célébrée par des intégristes catholiques, avec bisous sur le front, distribution d’hosties dans la bouche avec les doigts nus, puis une autre bouche, tout un tas de simagrées sans l’ombre d’une distanciation, dieu est au dessus de l’hygiène…

th-3Quelques jours plus tard, un Macdo rouvre ses portes? C’est la ruée!!! Des files de voiture au ralenti, crachotant des particules fines, véhiculent des accros à la fast-bouffe, vite, un double-cheese, ils sont en manque! Et moi pas en phase….

Hier, d’un balcon du XVIIIème arrondissement, un haut parleur glapit du Dalida qui veut qu’on la laisse danser. Ni une ni deux, les passants la prennent au mot, esquissent quelques pas de danse, sans distance, sans masques. Cul par dessus tête, le confinement!  La police arrive, tranquilou, gageons que si ça s’était passé au delà du périph, elle aurait agi avec moins de placidité…

th-3Et pourtant, et pourtant…  Le confinement a du bon. Il est manifestement stimulant.  La contrainte fouette la créativité, j’en tiens pour preuve l’humour dévastateur qui se développe sous les dictatures. Toutes proportions gardées, il se passe la même chose ici et maintenant. Des vidéos de toutes sortes prolifèrent sur les réseaux. Pullulent à plaisir. Un festival permanent. Je me marre, je m’émeus, je m’émerveille. Et je tombe en amour pour mes contemporains, camarades humains, compagnons d’infortune. Talentueux, drôles, astucieux, imaginatifs, improvisateurs, généreux. Un régal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 1 = neuf

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>