« Male gaze »

th« Il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. » Simone de Beauvoir

On a beaucoup parlé récemment du « male gaze« . Ça veut dire le regard mâle. Le regard masculin, qui pose sur la production d’images (ciné, photo, pubs, etc…) un point de vue qui, parce qu’il est le seul à s’exprimer, apparait comme universel. Or il n’est que celui du dominant, même s’il prend toute la place. Autant dire que les cinéastes les plus reconnus, hyper majoritairement masculins, contestent avec énergie. Parler de domination à un dominant, c’est affronter son incrédulité. Voire son hostilité. Ils ne croient que ce qu’ils voient, et leurs privilèges, ils de les voient pas.

Sauf que le « male gaze« , non seulement ça existe, mais ça ne se limite pas au monde de l’image.  Ça existe pour tout le reste. Littérature, musique, art en général. Philosophie, aussi. Le patriarcat n’est pas un mythe. Il est la trame même de notre culture.  Les femmes commencent à tailler des croupières dans les monopoles masculins, mais on est très loin du compte.

OnLesAura_05052007Et en politique alors ? Y aurait-il du « male gaze » dans la gestion des affaires publiques? Ne prolongeons pas le suspense: la République repose sur des colonnades de chromosomes Y, celui qui n’a qu’une patte mais pense que c’est suffisant. c’est dans de la pure encre de couille que le législateur a trempé sa plume à l’heure de rédiger la Loi. Et l’esprit de la Loi en est toujours profondément imbibé (Merci Catherine Beaunez pour le dessin ci contre!)

Un exemple? L’avortement. Le droit d’avorter fut arraché en 1975 après un débat épique, resté dans les mémoires, où fut exhibée l’intimité des femmes sous les lazzi de types qui n’avaient jamais eu à se poser la question dans leur chair. Voté par la gauche sous un gouvernement de droite, il exposa Simone Veil à une violence obscène. Quarante cinq ans plus tard, le regard posé par les fringants quadras qui incarnent aujourd’hui le pouvoir  reste extérieur. Ils y voient un aléa de la tuyauterie féminine, trop chiante à la fin, qui empêche de rester concentré sur les trucs importants.

th-3Le confinement a des conséquences sur l’accès à l’IVG. Car il y a des délais fixés par la loi, au delà desquels on ne peut plus y avoir recours. Il faut aller à l’étranger, voyez le topo? Le nombre d’appels au Planning a littéralement explosé. Des femmes sont dans l’impossibilité d’avorter dans les limites. Interpelé par la sénatrice Laurence Rossignol sur la question d’allonger les délais de deux semaines, Olivier Véran estime que c’est  «un sujet de société trop important pour être traité dans l’urgence d’une crise épidémique».

Voilà, voilà! Vous le voyez, là, le male gaze? Il se pencherait bien sur le problème, mais non! C’est trop important! Il a trop de respect! Les femmes qui sont enceintes maintenant peuvent bien attendre, comme le mérite leur cause!  Au delà du male gaze, c’est du foutage de gueule avec des noisettes dedans! Trop important pour être traité dans l’urgence ? Il pourra s’en occuper après la crise épidémique, c’est ça? Dès qu’il est trop tard, promis, il prend les choses en main ?

th-4Si c’étaient les hommes qui se retrouvaient enceints, s’ils avaient à assumer une grossesse non désirée, il y a une chose dont on peut être certaines: le droit d’avorter serait inscrit en lettres d’or dans la constitution. Ça brillerait, ça clignoterait, ça ferait partie des droits premiers, inaliénable, de la personne humaine. Sans conditions et sans autres délais que ce dont peut juger toute personne responsable et autonome. Ça serait comme ça, si les hommes étaient enceints.

th-5Mais ils ne le sont pas. Certains décident quand même de ce qui se passe dans des utérus qui ne sont pas à eux. Comme si nous, en fonction de nos préjugés, de notre ignorance, on leur expliquait comment traiter la transpiration testiculaire, les dysfonctionnements prostatiques, ou ce qu’on ressent quand on se prend un coup de saton dans les valseuses…

Pourtant ça serait infiniment moins grave. Pas les mêmes enjeux. Empêcher une femme d’avorter est criminel.

Une certitude: chaque grossesse, désirée ou pas, provient d’une intervention masculine. Ça vient de vous, les gars. Et les conséquences c’est pour nous. Alors ça vous concerne. Battez vous avec nous. Notre liberté est aussi la vôtre.

6 réflexions au sujet de « « Male gaze » »

  1. Je n’ose même pas imaginer la détresse des femmes qui sont dans cette situation.

    Et je ne vois pas pourquoi les mêmes causes n’entraîneraient pas les mêmes effets : le retour de la pratique des avortements clandestins et possiblement dangereux, douloureux, voire mortels. Comment imaginer que cela va tourner autrement, si l’accès à un IVG médicalisé n’est pas garanti ?

  2. Les droits sont toujours fragiles, les pouvoirs toujours prêts à les remettre en cause. Les droits des femmes, à peine gagnés étaient déjà remis en cause.
    La réponse du ministre est indigne, ne pas considérer que c’est une urgence

  3. Au Québec, l’avortement est un soin essentiel avec ou sans crise. C’est un acte médical gratuit et accessible en tout temps, autrement dit, peu importe l’avancement de la grossesse.

    Dirigeants français, inspirez-en vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× un = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>