Interview n°15: Rosen Hicher

« QUELQUE CHOSE DE VIVANT EN NOUS QU’ILS FINISSENT PAR TUER… »

par Sporenda.

rosen

Rosen Hicher a été prostituée pendant 22 ans, d’abord en bar à hôtesses, ensuite dans son propre salon « de détente et de relaxation ». Elle est sortie de la prostitution il y a 4 ans et s’est engagée depuis en faveur de son  abolition. Elle a témoigné  devant la Commission de l’Assemblée nationale chargée de préparer le texte de la loi Olivier pénalisant les clients.

 S:  Vous avez joué un rôle dans l’adoption de la loi Olivier puisque vous avez témoigné, avec Laurence Noëlle, devant la Commission parlementaire qui a préparé ce texte. Quelle est votre réaction après l’adoption de cette loi ?

RH:  Une joie immense !

S:  Une petite question à propos de l’application de cette loi. Dans votre livre, vous soulignez la collusion fréquente entre des policiers ripous et les patrons de bars à hôtesses ou de salon de massage, parce qu’il y a un système de protection contre remise d’une enveloppe ou prestations « en nature ». Dans ces conditions, est-ce qu’on peut vraiment compter sur les policiers, dont une majorité sont encore des hommes de mentalité assez machiste,  pour appliquer la nouvelle loi qui pénalise les clients ?

RH:  J’ai connu les bars à hôtesses de 1988 à 1999 ; à ce moment, il y avait effectivement beaucoup de policiers qui étaient pourris, qui profitaient de la situation et qui se mettaient des enveloppes dans la poche. Mais je pense que les nouvelles générations ont évolué et que ces situations ont changé.

S:  Il faut l’espérer, sinon la loi risque d’être sabotée. J’ai lu votre livre, intitulé « Une prostituée témoigne » ;  dans ce livre vous souteniez la légalisation de la prostitution. Par quelle démarche avez-vous été amenée à changer de position ?

126450176RH:  Quand j’ai écrit ce livre, j’étais à la recherche d’une solution pour que les filles soient dans de meilleures conditions. J’ai été 22 ans dans la prostitution et je cherchais d’abord à améliorer mes conditions d’activité, subir un minimum et réussir à survivre, je ne pensais pas plus loin. Mais finalement, en 2009, j’ai décidé d’arrêter, parce que je sentais bien que j’allais mal, de plus en plus mal ; j’ai tout balancé, j’ai dit j’arrête tout, je ferme.

Et ensuite, j’ai dormi pratiquement pendant un an. J’ai dormi, dormi, dormi, le matin, l’après-midi. Je me levais, je me recouchais, j’étais fatiguée en permanence. Et après cette longue période de sommeil, quand je suis revenue à la vie, parce que c’est une renaissance, quand j’ai commencé à beaucoup moins dormir, petit à petit mon cerveau s’est débloqué, et j’ai entendu un jour cette phrase « la pénalisation du client ». Je me suis dit : « mais bon sang, c’est ça qu’il faut, c’est cette solution », mais moi je ne l’avais pas vue.

sommeil

Parce que soi disant, la prostituée existe depuis la création du monde, c’est le plus vieux métier du monde. Mais dans le discours sur la prostitution, on ne parle que la prostituée, on ne parle jamais du client et rarement du proxénète. Donc, la prostitution, ça se réduit à la prostituée, et personne d’autre.

Et on ne recherche que des solutions axées sur les prostituées, sans jamais envisager le fait que le client a une grosse part de responsabilité. Et là je me suis dit, je n’ai pas pris la question dans le bon sens en disant qu’il faut légaliser pour protéger les prostituées ; le seul moyen de les protéger, c’est de supprimer le droit d’achat.

Si tout le monde cherche à les protéger, c’est qu’elles sont en danger. Et si elles sont en danger, c’est  à cause des clients et des proxénètes.

Même moi en tant que prostituée, pendant longtemps, je n’ai pas clairement pensé que le client lui-même était mon agresseur. Je sentais bien que ce qu’ils me demandaient n’était pas normal, que c’était violent au point que plus ça allait, plus j’avais envie de les tuer.

On prétend que le pauvre chef d’entreprise qui bosse toute l’année a besoin de prendre des coups de temps en temps pour être soulagé, et que dans ce type de relation,  ce sont les prostituées qui dominent. Mais même dans la domination, on ne domine rien, on est soumises de tous les côtés, soumises aux clients qui exigent des prestations, même celui qu’on frappe ; c’est très difficile de frapper quelqu’un quand on ne ressent rien et que ce n’est pas  notre mode de fonctionnement. En fait, c’est lui qui nous demande, c’est lui qui nous paie et c’est lui qui nous commande.

On en parlé à la télévision, par exemple en 2002 dans une émission de Delarue, une prostituée disait : « ces messieurs ont besoin que de temps en temps, on les domine, ils veulent payer pour être frappés et humiliés ».

UnknownS:  Le masochisme masculin est une question qui n’est jamais discutée, cela casse l’image de l’homme dominant. Vous signalez pourtant dans votre livre qu’un nombre important de vos clients voulaient être dominés.

RH:  Oui et ça on le cache, parce que c’est embarrassant pour les clients : dans le commerce, le client est roi et dans la prostitution, c’est encore plus vrai. On ne le touche pas, il ne faut pas le salir, il ne faut pas dire de choses négatives sur lui, ni les prostituées en activité ni les proxénètes ne le font, parce que c’est leur source de revenus.

S:  Contrairement à Laurence Noëlle, qui est entrée en prostitution sous la contrainte de proxénètes, vous soulignez dans votre livre que vous êtes entrée en prostitution sans intervention de proxénètes, du moins à l’origine, parce que vous n’aviez pas d’argent et que vous aviez trois enfants à nourrir. Est- ce que le fait d’être entrée en prostitution sans contrainte autre que financière a pu vous donner une vision moins négative de la prostitution et a pu jouer un rôle dans le fait que, à un moment, vous avez été pour la légalisation ?

RH:  Je suis rentrée dans la prostitution en 1988 et j’étais persuadée que c’était pour des raisons économiques ; dès le début, je me rendais  bien compte que les clients étaient des ordures, mais je n’en parlais pas. Quand j’ai commencé mon processus de guérison, ma thérapie personnelle, j’ai écrit mon livre en 2005, qui est une horreur littéraire mais qui m’a permis de me sortir de ce qui s’était passé, de me sortir de cette maladie – parce que c’est  une maladie.

Quand j’ai écrit ce livre, j’ai commencé tout à fait au début de ma vie, quand je suis née, et je me suis rendu compte, au fur et à mesure que j’avançais, qu’il y avait des choses qui me bloquaient, que je ne pouvais pas écrire, que je n’avais même dites à personne. Et je me suis dit, cette fois, il faut que je les sorte, il faut que je comprenne ce qui s’est passé.

images-4Je me suis rappelée que le premier bar à hôtesses où j’ai travaillé, c’était rue du Colisée à Paris, le D…s, il y avait une barmaid qui s’appelait Claudia et une prostituée qui s’appelait Jocelyne, et mon premier client s’appelait Michel, cette image est restée fixée dans ma tête. Et Jocelyne m’avait sorti une phrase qui m’est restée en mémoire: « on dirait que tu as fait ça toute ta vie ».

Pendant plus de 10 ans quand j’étais dans la prostitution, cette phrase m’a suivie, mais je n’ai jamais cherché à l’analyser. Et quand j’ai écrit le livre, cette phrase m’a servi à comprendre tout le reste. Et je me suis posé la question : comment se fait-il que cette personne ait pu dire que je l’avais l’air d’avoir fait ça toute ma  vie alors que je ne m’étais jamais prostituée avant ?

Et je me suis rendu compte que j’avais subi des violences qui m’avaient préparée à la prostitution, d’abord des violences familiales parce que mon père était militaire, il avait fait 15 ans de guerre, il était alcoolique. Il ne nous maltraitait pas mais son alcoolisme nous faisait peur, car un alcoolique fait peur même s’il n’est pas violent. Et à 13 ans, j’ai subi une agression sexuelle de mon oncle, à 16 ans, c’est un ami de mon père qui m’a agressée sexuellement. Puis je me suis mariée avec un homme parce qu’il m’a dit « je t’aime » mais en  fait, avant, j’étais bien tombée sur des proxénètes, et j’ai failli tomber dans le même piège que Laurence, mais je m’en suis sortie grâce à cet homme.

Qui s’est avéré être néanmoins un dictateur familial, j’ai vécu avec lui une vie très compliquée.

images-3S:  Vous signalez que vous avez été une femme battue, vous dites même que la prostitution ne vous paraissait pas si terrible, parce que ce n’était pas pire que d’être battue fréquemment comme vous l’étiez.

RH:  Tout à fait. Après avoir écrit mon livre, j’ai analysé la phrase de Jocelyne et je me suis dit que quelque chose n’allait pas dans ma vie. Je ne suis tombée que sur des hommes extrêmement violents, pourquoi ? J’ai cherché, j’ai été voir des psys qui m’ont donné de petits éléments—parce que je ne leur parlais jamais de la prostitution—mais qui me permettaient de faire ma propre analyse. Et enfin, quand j’ai divorcé en 1999, ça m’a libéré de la place dans le cerveau, parce que la violence conjugale était liée à la prostitution.

Au bout de deux ans de séparation, j’ai commencé à guérir, et j’ai réalisé que j’avais l’impression de l’aimer, mais ce n’était pas de l’amour. Et j’ai pu me mettre à réfléchir, parce que quand vous êtes frappée par un homme, vous ne réfléchissez plus à rien. J’étais coincée en mode survie, entre violences conjugales et violences des clients. En fait, pour moi, les clients étaient moins violents, parce qu’ils venaient, ils me donnaient de l’argent, ils repartaient. Ils étaient moins violents parce que je ne les aimais pas, je n’avais aucun sentiment pour eux, et ce qui fait le plus souffrir dans la vie, c’est l’amour et la maltraitance : quand on aime une personne qui vous maltraite, c’est ce qu’il y a de pire.

S:  Aussi, plusieurs personnes prostituées m’ont dit : « de toute façon, j’ai été victime de violences. Tant qu’affaire d’être victime de violence, autant faire payer ». Il y a une logique dans cette démarche…

RH:  C’est comme ça que je l’ai vécu.

S:  Dans votre livre, vous écrivez : «aidons la prostitution choisie, éradiquons la prostitution subie». Est-ce que vous voyez toujours une différence entre les deux?

RH:  Maintenant, j’enlève le « choisie », on la subit dans les deux cas.

S:  Que la contrainte soit financière ou proxénète, c’est toujours une contrainte ?

RH:  Oui, la contrainte est toujours là. Même après m’être libérée de mon mari, je ressentais toujours de la violence et je me suis dit : j’ai en permanence l’impression d’être agressée et maltraitée, donc il y a un problème.  Après cette cure de sommeil qui m’a permis de me retrouver et de récupérer mes pouvoirs de réflexion, j’ai réalisé que les clients étaient d’une violence extrême et que cette violence n’est pas, n’est jamais choisie.

images-1S:  Vous mentionnez dans votre livre que vous avez été agressée par des clients, par exemple cet épisode où un masochiste vous a braquée. Ces vols et ces agressions sont fréquents, et le risque d’être attaquée et même tuée fait partie du quotidien des prostituées. Et vous étiez en intérieur quand ces agressions vous sont arrivées. Il y a pourtant des gens qui disent que si on installait les prostituées dans des Eros centers, ce serait beaucoup plus secure pour elles : selon eux, il y aurait moins de danger pour les prostituées en intérieur qu’en extérieur ? Qu’en pensez vous ?

RH:  C’est complètement faux. En fait, la prostituée qui travaille dans un bar à hôtesses ou un Eros center,  en plus de la violence des clients, subit la violence des proxénètes et des autres filles parce que les prostituées ne sont pas faciles entre elles. Au lieu de ne subir que les agressions des clients, elles sont agressées de tous les côtés. La prostituée en Eros center va rester dans son enfermement et va vivre encore plus dans la peur, la contrainte et la honte.

imagesS:  On a l’exemple des bordels qui existent au Nevada : les prostituées y vivent derrière des barrières métalliques, elles ne peuvent pas sortir, sauf à certaines heures, elles sont complètement à la botte des proxénètes gérants, elles ne peuvent pas refuser des clients ,elles  sont soumises à des règles strictes etc. C’est un environnement quasi-carcéral.

RH:  C’est terrifiant ! J’ai rencontré un ancien client et il a fait une analyse personnelle, il a cherché à comprendre comment il avait pu être client et il a pris conscience de la violence qu’il faisait vivre à toutes ces femmes. Il a fait comme moi, il a fait une thérapie, il a réalisé que les prostituées ne désiraient pas de relations sexuelles avec lui, qu’elles vivaient très mal ce sexe non  désiré et que le seul moment qui était bien vécu, c’est l’argent. Maintenant il milite et il a écrit un livre dans lequel il explique qu’il ne faut pas faire ça aux femmes.

S:  Son exemple semble montrer qu’il y a des clients de la prostitution qui peuvent être « retournés » ;  l’éducation du client, ça peut marcher ?

imagesRH:  Oui, le principal problème étant que le client est toujours resté invisible dans la prostitution, il n’a jamais été mis en cause. Dans ces conditions, comment peuvent-ils savoir qu’ils sont violents avec nous ? J’ai donné une conférence dans l’Essonne,  et après, il y a un client  qui m’a appelée pour me dire : « Comment je peux faire pour me faire pardonner, parce que franchement, je n’avais pas pris conscience que c’était vécu comme ça ». Les clients, si on leur dit que c’est du viol, que c’est une agression, certains peuvent comprendre, mais bien sûr il y en aura d’autres qui ne comprendront pas. Et cette éducation, il faut la commencer très jeune, au lycée, c’est essentiel pour réduire le nombre des clients.

S:  Ce que l’on peut  aussi souligner quand on essaie de dissuader des hommes d’avoir recours à des prostituées, c’est que la prostitution et le proxénétisme sont inséparables du crime organisé, et que payer une prostituée revient généralement à  subventionner des proxénètes. Est-ce que vous avez pu constater directement ce lien intrinsèque entre prostitution et criminalité ?

RH:  Oui, j’ai eu des contacts avec des proxénètes, je me suis retrouvée dans la même situation que Laurence, j’ai fugué de chez ma mère, j’ai alors rencontré deux proxénètes, ils m’ont offert une très belle vie et m’ont acheté tout ce que je voulais, c’est toujours le même processus.

Je n’en ai pas parlé au début, je n’en parle que depuis quelque temps ; il faut comprendre que ces deux mecs étaient des professionnels qui m’ont repérée et qui m’ont formée. Ils m’ont tout acheté, ils m’ont tout payé, ils m’ont rendue belle. Et du jour au lendemain, ils m’ont fait passer en tournante, ils ont commencé ma formation sexuelle. Et c’est là que mon premier mari est arrivé, et  m’a dit : « ce sont des proxénètes, si tu restes avec eux tu vas finir rue Saint Denis ». J’avais 18 ans, ça n’a pas duré très longtemps mais ça fait partie de ma construction de prostituée, c’est quelque chose qui marque à vie.

UnknownS:  Vous dites aussi qu’il est très difficile de sortir de la prostitution, que à un certain moment vous avez compris qu’il fallait que vous en sortiez, mais que réaliser  ce projet a été très difficile. Pour vous en sortir, vous avez fait 36 métiers, vous avez même ouvert un cabinet de voyance ?

RH:  Oui, j’adore tirer les cartes et quand on est prostituée, on finit par avoir un système de compréhension des gens rien qu’en les regardant.

S:  Il faut peut être aussi développer une espèce de sixième sens, être toujours en alerte pour essayer de deviner si un client est dangereux ou pas.  Vous avez aussi  été enquêtrice, vous avez travaillé dans le bâtiment. A chaque fois, vous êtes revenue à la prostitution. Qu’est ce qui vous semble le plus difficile dans cette sortie et qu’est ce qui a fait que, après plusieurs tentatives, vous avez enfin réussi ?

RH:  On dit que les femmes battues doivent s’y reprendre à plusieurs fois pour quitter un homme violent, la prostitution, c’est pareil.

J’ai fait plusieurs tentatives, j’y suis retournée parce que je n’étais pas guérie :  dans la prostitution, je me sentais plus en sécurité que dans le monde extérieur, parce que c’était la seule chose que je pensais savoir faire.

C’est bizarre mais les prostituées qui se déshabillent et se rhabillent à longueur de journée deviennent très timides et perdent toute relation avec l’extérieur. La moindre démarche devient un problème, même avec mon banquier, je ne pouvais pas, je n’osais pas demander un prêt pour démarrer quelque chose et systématiquement, je retournais là où je me sentais en sécurité et où je faisais la seule chose que je me sentais capable de  réussir : la prostitution, je savais faire et ça me rassurait.

S:  Vous n’étiez plus capable de faire les choses les plus simples de la vie quotidienne ?

RH:  On est complètement désocialisée, on est marginalisée, on n’est plus dans la société. Encore maintenant, cela fait quatre ans que j’ai quitté, mais il y a toujours des choses que je ne suis pas  capable de faire. Je ne suis pas encore complètement sortie de tout ça mais j’y arrive de mieux en mieux.

Vous savez, dans la prostitution, vous ne demandez rien à personne, il n’y a que les clients qui vous demandent, il n’y a qu’avec eux que vous avez des relations. Quand vous avez de l’argent, vous payez, vous n’allez pas demander un crédit, un étalement de factures, vous n’allez pas demander une aide pour démarrer une entreprise puisque votre entreprise, elle est déjà là : j’avais mon salon de massage et j’ai toujours travaillé déclarée.

Lorsque j’étais enquêtrice, j’avais reçu des propositions pour faire des stages, je n’ai pas pu. Tout me ramenait à la prostitution ; même en cabinet de voyance, quand une cliente venait me voir au sujet de son mari, ce que je voyais de lui, c’est que c’était peut être un des clients qui venaient chez moi, parce que pour moi tous les hommes étaient devenus des clients.

Il fallait que je prenne du recul par rapport à la prostitution. Quand mon livre est sorti, j’ai fait les salons du livre, mais je n’ai jamais pu le vendre parce que j’étais incapable de parler aux gens, d’argumenter. Une facture d’électricité—on m’avait coupé l’électricité—pour moi, c’était une montagne, j’étais incapable d’appeler pour demander un étalement de dette.

S:  Dans votre livre, vous dénoncez l’hypocrisie de l’Etat face à la prostitution, vous étiez déclarée dans la rubrique « salon de détente et de relaxation, c’est complètement hypocrite parce que les fonctionnaires savent très bien à quoi ça correspond. Et vous dites : « mon seul mac, mon plus grand mac, c’est l’Etat ». Quelles remarques faites-vous sur cette hypocrisie de l’administration qui sait très bien à quoi s’en tenir sur les « salons de détente et de relaxation » et qui taxe quand même l’argent des passes ?

Unknown-1RH:  Les organismes comme l’URSAF etc. savent très bien que, quand on parle de détente et de relaxation, il s’agit de prostitution. A un moment j’ai eu des difficultés pour payer mon URSAF, et ils m’ont envoyé l’huissier. Cet  huissier arrive chez moi et se présente : « maître machin, huissier de justice » ; et moi, j’avais mes chaînes, mes fouets… Et il me demande : « vous faites quoi ? »  Je lui réponds que je me prostitue. Il ne dit plus rien pendant un moment, il me regarde, puis finalement il se rappelle qu’il est venu  pour récupérer son pognon et   il me demande : « mais vous allez faire comment pour payer ? ». Et je lui dis : « vendre mes fesses  ! ».

Il y a une grande hypocrisie. Quand je mettais des annonces pour mon salon de détente et de relaxation, il n’y avait que des hommes qui appelaient, les femmes n’appelaient pas. Tout le monde savait, l’Etat aussi. La prostitution n’est pas interdite, ce qui est interdit, c’est de frauder le fisc. J’ai eu un contrôle fiscal en 2003. Je me suis retrouvée avec un contrôle fiscal et l’inspecteur qui l’a fait est devenu mon client.

Quand il a fait le contrôle, il savait très bien que « détente et relaxation », c’était de la prostitution. Je lui ai dit : « je n’ai rien, vous allez faire quoi, vous allez me prendre quoi ? ». Ca ne faisait que me créer des soucis supplémentaires et me pousser un peu plus dans la m…e alors que j’y étais déjà. Et là, il s’est mis à me parler autrement : « je vous invite au restaurant etc ». Et il est devenu client et je l’ai gardé comme client le temps du contrôle–ça valait mieux.

S:  Vous dites que la prostitution est une violence extrême, un viol autorisé . Vous dites que vous avez voulu en sortir parce que votre corps ne tenait plus le choc face à ces agressions sexuelles répétées. Quelle est votre évaluation des conséquences physiques et psychologiques de la prostitution ? Est-ce que vous considérez que vous avez un PTSD (syndrome de stress post-traumatique) ? Vous en êtes sortie mais est-ce que vous en êtes complètement libérée ?

RH:  Alors non. Ca fait plus de 4 ans maintenant, j’ai fait mon analyse personnelle toute seule, ça m’a permis de comprendre que je ne pourrais pas l’oublier et qu’il fallait que j’apprenne à vivre avec. Et il fallait que j’en tire quelque chose de positif, pas quelque chose qui allait me détruire. Par contre, au niveau santé, j’ai encore de gros problèmes.

imagesEn 1999, un jour j’étais dans mon salon, et je pensais—les prostituées réfléchissent beaucoup, elles passent leur temps à penser—et j’ai eu l’impression que j’étais au dessus de mon corps, comme si j’étais sur un nuage : je me voyais en bas, je n’arrivais pas à comprendre ce qui m’arrivait. C’était comme si mon âme était partie. Ca a été le début de ma prise de conscience de ma dissociation : on se sert du corps comme d’un outil, on l’anesthésie, on ne l’emmène plus chez le médecin s’il a une panne, on l’emmène chez le mecano . Comme je n’avais pas encore pris conscience de cette dissociation, quand j’arrivais chez le médecin, je lui disais « j’ai une panne » mais je n’étais pas capable de lui dire où elle était, je n’avais pas mal, je ne ressentais plus de douleur.

J’ai eu un grave accident en 1996, une fracture à l’humérus droit et ça a été mal soigné, j’ai eu de l’arthrose, et j’ai fait des examens, scanner etc. Les médecins me disent qu’il me faudrait une prothèse, mais moi je ne vois pas l’intérêt d’une prothèse parce que je n’ai pas mal. Et les médecins ne comprennent pas cette absence de douleur.

S:  Le problème quand on s’anesthésie à ce point, c’est que si on ne ressent plus la douleur qui sert à nous avertir de la maladie, comment fait-on pour se soigner?

RH:  C’est comme si on vivait une mort, c’est difficile à expliquer, j’avais l’impression d’être au-dessus de moi. Je n’avais plus de sensations. Les dernières années, j’avais de multiples problèmes de santé, j’avais des problèmes de vue, j’étais tout le temps fatiguée, je dormais tout le temps. Je ne ressentais rien, j’allais voir le médecin, il me demandait : « vous avez mal quelque part ? ». Je lui disais non. C’est assez impressionnant, cette absence de douleur, c’est compliqué pour les médecins de nous soigner.

imagesJe suis allée voir un médecin il y a quelque mois parce que je ne me sentais pas bien ; quand il a su que je m’étais prostituée, sa réaction a été de me prescrire des ovules. Il a assumé automatiquement que j’avais une infection !

Il y a une grande méconnaissance sociale de la prostituée, pour lui j’étais porteuse de toutes les maladies sexuellement transmissibles. Pour beaucoup de gens, les prostituées ne sont pas des femmes, ce sont des sous-femmes. Il ne voyait même pas l’intérêt de me soigner…

Les 343 salauds disent « touche pas à ma pute », ils parlent de putes, pas de femmes.  Mais nous sommes des êtres humains, avec quelque chose de vivant en nous que les clients finissent par tuer…

http:: : www.dailymotion.com: video: x1bp368_grand-ecran-survivantes-de-la-prostitution_news#from=embediframe

 http:: : www.canalplus.fr: c-divertissement: c-le-grand-journal: pid6298-les-extraits.html?vid=979321

 

Ce contenu a été publié le iAlonso par sporenda. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos sporenda

La madone des forums. Avec ses lunettes noires, ses tenues sombres et son perroquet trilingue apprivoisé, elle camperait volontiers une cérébrale cousine rockeuse de Madame Adams. Laissez-lui un clavier et le monde s’éclaire. Rigueur, honnêteté intellectuelle, culture encyclopédique, générosité, elle cumule les qualités que je valorise. Avec, en plus, une qualité exceptionnelle d’attention aux autres.

15 réflexions au sujet de « Interview n°15: Rosen Hicher »

  1. Ping : Un pas vers une Europe de l’abolition: #honeyballYES | A dire d'elles

  2. Très belle interview de Rosen! Nous organisons un festival « Carrée de projections »: pour arrêter de se faire des films sur la prostitution à Bruxelles en mars. A travers le regard de 4 femmes réalisatrices, de 4 films /documentaires, de 4 visions nous voulons amorcer une réflexion sur la prostitution : Que se cache-t-il derrière ? Quelles sont les conséquences de la prostitution sur la vie des femmes qui se prostituent ? Sur « le vivre ensemble », et sur la l’égalité entre les femmes et les hommes ? Rosen sera présente le 12 mars pour l’ouverture. Nous souhaiterions savoir si nous pouvions diffuser cette interview sous format papier à la table de presse afin que les personnes présentes puissent mieux connaitre son parcours en mentionnant bien évidemment les références de l’article.
    Merci d’avance,

    Amitiés féministes,

    Claire pour Osez le Féminisme Belgique

  3. je ne vois pas très bien le rapport avec l’Etat et les impôts. en quoi l’Etat serait un mac ?

    Il est le mac de tout ce qui ont des revenus…tout le monde paie des impôts, pourquoi les prostituées en seraient dispensé ?

    une prostituée gagne de l’argent, ce n’est pas interdit et cela ne le sera pas plus apparemment avec l’éventuelle nouvelle loi, donc si elle gagne de l’argent, elle paie ses impôts comme tout le monde.

    En plus il faut savoir, que même un « trafiquant » doit payer ses impôts sur ses activités illégales en principe.

    • Est considéré légalement quiconque tire profit de la prostitution d’autrui. L’Etat peut donc être considéré comme proxénète. Point. Qu’il ait d’autres sources de profit comme vous le remarquez fort justement ne change rien à l’affaire. Et le proxénétisme n’est pas légal dans ce pays. Il s’ensuit une contradiction dont je suis certaine qu’elle ne vous échappe pas.

      • Les impôts ne sont pas une source de profit. L’Etat ne cherche pas à faire des profits sur le dos des citoyens mais à se financer pour servir les citoyens. Et il y a un principe intangible : l’égalité des citoyens devant l’impôt.

        Tout le monde doit payer des impôts sur ses revenus je ne vois pas pourquoi les prostituées en seraient dispensées. Je suis certain que cette contradiction ne vous échappe pas.
        D’ailleurs en rendant une profession exonérée d’impôt, vous la rendez plus attractive, peut être que vous souhaitez développer la prostitution ?
        D’ailleurs l’Etat taxe spécialement l’essence, l’alcool, la pornographie, le tabac pour influer sur des comportement ou des activités qui ont un coût pour la collectivité.

        Vous pouvez aller plus loin : les prostituées paient comme nous tous la plupart de leurs impôts sous forme de TVA sur la consommation. Vous proposez une sorte de régime sans TVA pour les prostituées pour lutter contre votre Etat proxénète ?

        • Je pense que ce qui est proposé est d’interdire clairement la prostitution.
          L’interview explique que dans une situation de zone grise dans laquelle se retrouve l’activité de prostitution, l’État ferme les yeux tant qu’il a son argent.

  4. « En plus il faut savoir, que même un « trafiquant » doit payer ses impôts sur ses activités illégales en principe. »

    En fait, une majorité de prostituées de rue sont non déclarées.
    Et bien sûr, la majorité des trafiquants aussi: il est bien évident que les individus qui appartiennent au milieu du crime organisé, par définition ne respectent pas les lois et pratiquent l’évasion fiscale sur une grande échelle.
    Même dans le cas d’établissement déclarés et possédant une licence comme en Allemagne pour les Eros Centers, la fraude est considérable.
    Un bordel n’est pas une entreprise commerciale ordinaire et les proxénètes ne sont pas, même déclarés, d’honnêtes citoyens ordinaires.

  5. Entretien éloquent s’il en est! Je ne suis pas convaincu de la nécessité de tous les combats féministes d’aujourd’hui mais certains, de toute évidence, méritent l’attention de tout un chacun, et ce combat là -qui ne parle au final que de dignité humaine, de respect de l’autre et donc de soi- fait partie de ces luttes qu’il faut dès aujourd’hui mener de front. Je suis un homme et je sais parfaitement ce dont l’homme est capable, à beaucoup de niveaux et entre autre sur le plan de la sexualité, de la perversion et de la perversité. Si les femmes exploitées d’aujourd’hui (mais également les hommes…) cherchent à faire valoir leur droit à une libre disposition de leur corps et de leur esprit, alors il faut les y aider. Il faut que chacun s’emploie avec toute l’ardeur nécessaire à lutter fermement et sans compromission contre toute forme d’exploitation et de maltraitance à l’égard d’êtres humains. Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, sachant que j’aurais tant à dire encore sur le sujet… Je ne suis pas toujours d’accord avec vous Isabelle mais pour ce combat là (entre autres combats…), je vous soutient à 200% et je me ferai l’écho de votre tribune autant qu’il me sera donné de pouvoir le faire…

    • Merci Gregory. La question du féminisme, c’est qu’on commence par tirer un fil, un seul, sur une question primordiale (ici, la prostitution) et au fur et à mesure qu’on tire, même doucement, on s’aperçoit que tout le pull se détricote parce que tout se tient, parce que tout a un sens et tout joue un rôle. Parfois un petit, parfois un grand, parfois invisible, parfois au premier plan. Mais l’oppression, la violence, sont faites de l’accumulation de petits rouages et de pignons qui les transmettent, les renforcent, les démultiplient et finissent par provoquer l’écrasement pur et simple des plus faibles, des plus petits ou des plus scrupuleux. A mes yeux, il n’y a donc pas de « petits » combats. Ils sont tous une partie de l’émancipation générale de tous les « frères humains qui avec nous vivez » pour paraphraser un voyou magnifique, Villon.

  6. En somme elle a vécu 22 ans – soit payer son loyer et manger à sa fin – avec l’argent de ses clients… et sur le tard dans son propre institut… et maintenant elle les dénigre et veux les pénaliser… pas mal.

  7. Bonjour Isabelle,

    j’ai eu le plaisir de marcher avec Rosen durant plusieurs jours lors de sa montée à Paris pour défendre le texte de loi sur la pénalisation du client.
    Rosen m’avait reçu sur ce parcours afin de parler de sa vie, de leurs vies à ces femmes et ces hommes esclaves d’un système.
    En effet en 2014 je récoltais les derniers témoignages sur ce sujet dans le but d’écrire un spectacle.

    Les 23-24-25 novembre 2016 au Mans, au théâtre universitaire EVE Grand Atelier, nous présenterons « Nid d’Hirondelles » qui traite de ce sujet et des rapports de pouvoir à travers l’argent,….au bénéfice de l’homme.

    Après chaque représentations nous souhaitons un espace de rencontre et de débats.
    Rosen Hicher sera présente le jeudi 24 novembre pour témoigner et convaincre.

    Isabelle, comme tous je vous connais à travers les médias et vos prises de paroles, et d’actes.
    Vous êtes cordialement invité à nous rejoindre si vous le désirez pour voir cette pièce et participer au débats.
    Nous pouvons vous loger chez nous au Mans à votre convenance.

    Je vous souhaite une agréable soirée,

    Cordialement. Yves-Thégonnec TULÂNE

    ps : si vous le souhaitez, je peux vous envoyer un dossier du spectacle et du Trityque SiViolences.

    • Salut Yves,

      Merci pour ton message, merci d’avoir pensé à moi, et merci pour ton soutien à Rosen. Je ne sais pas si je serai de retour à la date que tu mentionne, mais je suis de tout coeur avec vous.
      Sororalement,
      iA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 × = neuf

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>