5, 6, 7, 11, 12, 14 décembre, Saint-Maur-des-Fossés

salle-Radiguet-300x225Mes dernières représentations de 2014, c’est en Décembre à Saint Maur des Fossés, ville de la banlieue parisienne sur sa façade Est, au delà du Bois de Vincennes. Je ne connais ni Saint Maur (patron des charbonniers, il faut le savoir) ni ses Fossés, j’en profiterai pour aller visiter. « Et encore je m’retiens! », donc, avec des horaires variés. Pour tous les détails, veuillez cliquer  ICI, sur la page de la Salle Radiguet.

Remonter sur scène. La dernière fois, c’était à Paris, sur la péniche de la Nouvelle Seine, fin septembre. Mon activité principale d’écriture exige la concentration en solitaire, le repli sur soi, la mise à distance du monde extérieur. La scène, c’est très exactement le contraire: travail en équipe avec tous ceux, accompagnateurs et techniciens qui rendent le spectacle possible, échange et gratification immédiates du public. La complémentarité entre les deux est si parfaite que leur exercice successif constitue une respiration, deux temps qui se nourrissent et se répondent. C’est mon choix, mon plaisir et mon luxe. Avec vous, pour vous. Je sens que je vire au cucul-la-praline, ça doit être l’approche des fêtes qui me ramollit le bulbe, mi-réjouissance, mi-nostalgie, mi-déprime, je sais ça fait trois moitiés, mais quand on aime…

 

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « 5, 6, 7, 11, 12, 14 décembre, Saint-Maur-des-Fossés »

  1. Ah et bien en voilà de bien belles phrases! Elles nous entraînent…nous poussent… avec cette force et enthousiasme qui caractérisent l’écrivaine et comédienne réunies en une seule personne…oui qd on aime on compte pas…on vous aime Mme ALONSO

  2. En parlant de violence.

     » Vous êtes des femmes, vous allez devenir des ingénieures. Vous n’êtes toutes qu’un tas de féministes, je hais les féministes. » Dixit le tueur.

    Il y a de ces anniversaires qu’on aimerait ne pas avoir à souligner simplement parce qu’ils n’auraient jamais dû exister. Tuerie de Polytechnique de Montréal. 6 décembre 1989. Il y a 25 ans, 13 étudiantes et 1 employée ont été abattues parce qu’elles étaient des femmes ; 5 hommes et 10 femmes blessés ont survécu. Le tueur retourne l’arme contre lui. 25 ans que le Québec se rappelle. La police trouva la lettre d’adieu de l’assassin qui explique sa haine des femmes et du féminisme. Elle trouva également une liste de femmes féministes à tuer. Aucun mot n’est assez fort pour décrire la cruauté et l’injustice de cet évènement. Et quand j’entends certains hommes anti-féministes parler de finir le boulot de cet assassin, cela me révolte.

    Elles s’appelaient Maryse Le, Geneviève, Hélène, Nathalie, Barbara D, Annie T, Maryse La, Barbara K, Anne-Marie E, Maud, Anne-Marie L, Sonia, Michel, Annie S.

    La larme à l’oeil et la boule au ventre, je pense à leurs proches. Cela aurait pu m’arriver, à nous arriver à toutes. Militons contre la violence faite aux femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 + = treize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>