L’ours, le zèbre et le ouistiti

th-4Déception, ce remaniement? Ah bon? A quoi s’attendaient-elles, les déçues, je ne sais pas. Avaient-elles perçu une once de sincérité dans le pipeau macronien? La « grande cause du quinquennat », elles ont cru que c’était pour de vrai? Que Schiappa était là pour autre chose que faire mousser des éléments de langage?

th-7En ce qui me concerne, vu l’espoir de renouveau que j’avais investi dans le remaniement, il n’a fait que confirmer ce qu’on voit venir depuis un moment : le backlash. Le thbacklash, au cas où certain-e-s d’entre vous l’ignoreraient, est le retour de manivelle qui suit un mouvement de libération comme, par exemple, au hasard, les femmes dénonçant les violences sexuelles. L’ordre établi commence par faire mine de comprendre, voire d’approuver et de tenir compte, puis clac! Siffle la fin de la récré. Revient au point de départ. Couilles à l’air…

th-3Le backlash, c’est quand le patriarcat relève le gland. Ça va se déverser sur nous, ça a déjà commencé… Rappelez vous, ce n’est pas si lointain: le soir des César, la profession avait voté et ça voulait clairement dire : « Ta gueule, MeToo ». Polanski était couronné et ses victimes foulées au pied. Haenel se leva et se cassa. Puis le confinement mit des parenthèses à l’actu immédiate.

th-8Et voilà que le remaniement nous remet les pendules à l’heure: le club des garçons envoie un signal aux femmes. Se referme comme un piège. La priorité, c’est de gagner les présidentielles. Pour ça, Macron a choisi de s’appuyer sur la bonne vieille droite, encore moins portée sur le féminisme que la gauche… Alors poussez vous les filles, coucouche panier papattes en rond, on a autre chose à faire, on a du vrai taf…

Il n’y va pas avec le dos de la cuiller, Macron derrière Cachesexe. La lutte contre les violences machistes? Allez voir au rayon produits périmés.

th-10Schiappa, la pauvrette, avale une couleuvre (une de plus) en passant sous les ordres du premier flic de France, qui se trouve être mis en examen pour viol. « Présomption d’innocence » glapit-on. Certes, certes… De là à le promouvoir l’examiné il y a un gouffre, qu’ils franchissent avec une allégresse roubignolesque.

Les violeurs peuvent continuer à dormir tranquilles, ils sont dument représentés. Officiellement.

Et pour que le message soit bien clair, on met à la Justice précisément, un mâle alpha de la plus belle eau. Quand on en vient aux femmes, il est non comprenant. Il grogne, il s’indigne, il éructe… A mi chemin entre l’ours et le grizzly, il oppose à MeToo un fronton d’hostilité à priori, sans chercher à comprendre, sans réfléchir, sans prendre le temps d’écouter. Pour lui la Loi qu’il applique est dénuée de toutes idéologie. Il ne va pas plus loin. Gron.

th-11C’est qu’ils sont de la même tribu, le zèbre, l’ours et le ouistiti. Ils pourraient chanter l’air de « My fair Lady », où le très misogyne Mr.Higgins se demande: « Mais pourquoi les femmes ne sont pas plus comme les hommes?« . C’est vrai quoi, voilà qui résoudrait le problème! « No woman, no cry » c’est universel!  Les gonzesses, faut toujours qu’elles compliquent tout! Veulent des ministères rien que pour s’occuper de leur cas? Et puis quoi encore? Est ce qu’on en a, nous autres gens normaux, des ministères spécifiques? Non! On s’occupe de tout le monde, on trie pas. On est généreux et républicains! Comme me le dit un jour JeanLouis Debré au sujet de la parité: « pour moi, il n’y a pas de différence entre un homme et une femme« . Persuadé qu’il tenait un propos féministe. Faudrait pas que ça grandisse, c’est trop mignon à ce stade. Il est vrai qu’à ce niveau d’analyse, on ne comprend pas à quoi rimerait un ministère des Droits des femmes. De Gaulle, que tout le monde prétend adorer aujourd’hui, avait déjà répondu à la question: « Et pourquoi pas un sous-secrétariat d’État au tricot?« . Fin de la discussion, bande de péronelles.

La question est donc: sont-ils bouchés à l’émeri, où font-ils semblant?

th-20Macron et ses sbires défendent leurs intérêts patriarcaux. Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, ou délibérément? Analphabètes du féminisme, sans culture et sans empathie, cervelle creuse et poches pleines, ils ont tous les pouvoirs. Ils ne cèderont de terrain que contraints et forcés. Résisteront à fond, pèseront à la pachyderme (pardon pour l’image, les éléphants n’y sont pour rien, c’est juste qu’on aimerait pas être dessous!) dans la bataille tout en faisant semblant de coopérer, pour garder la maison patriarcat dans l’état où ils l’ont trouvée. Poussiéreuse et féroce.

th-21Nous n’avons que les droits pour lesquels nous nous sommes battues comme des chiffonnières, que nous avons arrachés avec les dents. Sachez le, petites soeurs, ils ne vous feront pas de cadeau. Hier vous étiez dans la rue, dans les média et sur les réseaux sociaux et c’était magnifique.

Un rapport de forces, ça se crée. Ils ne croient qu’aux élections? Nous sommes plus de la moitié du corps électoral. Nous sommes majoritaires. Sans compter les hommes féministes pour compenser les femmes qui ne le sont pas.

Nous avons des intérêts communs, ceux de la lutte contre tous les systèmes de domination. Tous. Nous pouvons imposer la loi du nombre, agiter un vote anti-dominations sous leurs naseaux furieux.

Et forcer notre chemin, pacifiquement et fermement, comme nous le faisons depuis un demi siècle. Et comme l’ont fait nos aïeules. En France et partout ailleurs. Insoumissions de tous les pays, unissez vous!

th-23

Vu d’ici, ça a l’air simple…

PS: J’ai mis des animaux pour illustrer. J’espère ne pas les vexer. Que ce soit clair: ils sont évidemment inclus dans la lutte contre les dominations.

5 réflexions au sujet de « L’ours, le zèbre et le ouistiti »

  1. Quel texte percutant et bien pensé! Dans mon enthousiasme, je l’ai partagé sur FB sans te demander si c’était ok, j’espère que tu m’excuseras :-)

Répondre à francine sporenda Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf + 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>