Contrôle

th-2Je n’arrive pas à me sortir de la tête la vidéo du type qui tabasse sa compagne dans un ascenseur. Ça s’est passé au Brésil comme ça se passe partout ailleurs. Après, il a raconté qu’elle s’est suicidée en se jetant par la fenêtre du quatrième étage et qu’il est trop triste parce qu’il l’aimait beaucoup. th-1Violence machiste ordinaire, qui tue tous les jours et partout. Pour les femmes tuées par leur mec, pas d’asile, pas de refuge, pas de terre amie. Pas d’échappatoire. Le patriarcat a besoin de bases, merde alors, autrement comment voulez vous qu’il tienne?

 

thAutre vidéo. Des collégiennes argentines, très jeunes, rigolardes et décidées: elles ne demandent pas le droit d’avorter.  Elles l’exigent : « No pedimos, exigimos« .

Elles conjuguent: « Yo aborto, Tu abortasteÉl no aborta,Ellas se organizanEllos imponenNosotras morimosSin poder decidir »:  J’avorte, Tu as avorté, Il n’avorte pas, Elles s’organisent, Ils imposent, Nous mourons sans pouvoir décider.

Elles s’affirment: « Existo porque resisto« : J’existe parce que je résiste.

Que ceux qui se plaisent à railler à longueur d’année le supposé côté geignard, mur des lamentations et victimisme chronique des féministes le sachent: la relève est assurée, elle est universelle et elle défie l’ordre mâle. Bravo les petites soeurs.

th-4Le Pape argentin en a oublié sa bonhomie et s’est personnellement impliqué. A pesé de tout son poids, nous sommes en terre très catholique. Ces dernières semaines des campagnes dégueulasses avec insultes et tabassage ont laissé s’exprimer les arguments les plus rances. Filmés dans des manifs anti-avortement, des jeunes types assénent : »elles n’ont qu’à pas baiser, ces putes! », « si elles sont nos égales, alors on peut leur casser la gueule!« .

th-3Il pourrait, ce bon François, oublier nos ventres et mettre plus de vigueur à réprimer les pédophiles qui pullulent dans sa structure 100% masculine. Mais non! Cadenasser l’utérus est autrement primordial. Respect de la vie? Mon oeil! Priorité au non-né sur la vivante. Et tant pis pour les déjà-nés abandonnés aux fantasmes des curés.

 

th-2Les religions, on ne le répètera jamais assez, sont TOUTES des machines à écraser les femmes. Elles sont les Jivaros du féminin. En ce quinze aout les Catholiques célèbrent la montée au ciel de Marie, mère et vierge. Grand bien leur fasse. Tant qu’ils croient à ces fantaisies, processionnent, messifient, sanctifient et tutti quanti, ils ne font de mal à personne. Mais qu’ils se contentent de leurs rituels, aussi archaïques soient-ils, et cessent de se mêler de politique. On entend beaucoup dire que l’Islam est une religion de paix. Allez savoir. Je n’ai pas d’opinion sur les textes, pas mon problème. Je n’ai d’opinion que sur les actes commis en son nom. Ceux qui agissent ne se trompent pas de cible: les femmes en première ligne et en stéréo. Voilées pour signer la soumission et marquer le territoire conquis.

thJe veux bien admettre que les religions ne sont pas EN SOI porteuses de haine des femmes. Mais elles le sont EN FAIT. Les terroristes patriarcaux (un autre mot? je ne vois pas…) ont instrumentalisé les religions pour en faire un outil mortel. Affirmation de leur supériorité. Légitimation de leur pouvoir. Violence à tous les étages.

Et il faudrait les respecter? Qu’ils nous lâchent d’abord et on avisera. S’opposer au religieux, pour les femmes, c’est de la légitime défense. Et refuser de voir le problème, c’est de la non assistance à personnes en danger.

Apparemment, rien ne rapproche les univers du tortionnaire de l’ascenseur et le Pape François. Rien? Les religieux de tout poil et les tueurs de leur compagne ont un point commun: l’obsession du contrôle. Le corps féminin est leur propriété. Leur territoire. Leur colonie. Leur terrain de jeu, en temps de guerre comme en temps de paix (notions ô combien masculines). Leur pathétique délire d’impuissants.

https---thegrumpygiraffe.files.wordpress.com-2013-06-feminismEt les autres hommes? Ceux qui ne sont ni violents, ni religieux? Certains s’affirment solidaires, et c’est déjà ça. Mais la solidarité, suffit pas d’en parler. Il ne suffit pas de se montrer étonné, voire scandalisé. Ni de donner dans le mansplaining. Non. Il faut passer à l’action. A la solidarité ACTIVE. Il s’agit de refuser tous les privilèges, grands et petits, pesants ou apparemment insignifiants, dont chaque homme bénéficie par le simple fait d’être un homme. Si vous ne voyez pas en quoi ça consiste, demandez nous!

Les femmes ne tombent pas toutes seules du quatrième étage, elles ne se mettent pas des coups de poing à elles mêmes, elles ne trébuchent pas sur des couteaux, elles ne s’auto-étranglent pas. Ce qui écrase les femmes, ce n’est pas une catastrophe naturelle, pas un tsunami ni un incendie de forêt, pas une maladie, pas un accident, pas une épidémie, et pas un hasard. Ce qui écrase les femmes a été voulu, organisé, institutionnalisé par un ordre qu’aucun pouvoir n’a jamais eu les couilles de contester pour la bonne raison que couilles et pouvoir vont de pair. De paire. De père. Une conspiration qui fout les boules.

Vous êtes forts? Vous êtes brillants? Vous avez de la comprenette et du bon sens? Vous êtes sûrs de vous, de votre valeur et de votre légitimité? Alors arrêtez de vous cacher derrière votre doigt (j’ai pas dit petit…) comme si ça ne vous concernait que de loin. Vous êtes aux premières loges. Vous êtes les premiers bénéficiaires.

Vous avez les moyens, vous, d’arrêter le massacre.

3 réflexions au sujet de « Contrôle »

    • Si vous en avez, exprimez vous. Les femmes peuvent être aussi tordues que les hommes, nous ne sommes pas dans un concours de vertu. Il s’agit de voir ce qui fait système, ou pas. Comme disait Audiard, il y a des patrons de gauche, il y a aussi des poissons volants, mais ils ne constituent pas la majorité du genre….

Répondre à Maeva Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois + 8 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>